Pas de pitié pour les croissants!

Longtemps j’ai pensé et été convaincue secrètement, que ce dont j’avais besoin, à une relation de couple, était de faire prendre soin de moi.  Habituée à ce type de dynamique, ne crachant certainement pas sur la prise en charge de l’autre et de mon état de bonheur, je parvenais quand même à essayer de donner mon 100% et attention à une douce-moitié.  Je donnais, mais je m’oubliais à cette action.

Au cours des derniers mois, une interrogation revenait toujours à la charge.  Mmmm…La Giraf avait besoin de qql qui prenait soin de loin, et la belette de même.  Qql soirées furent passées à broyer du noir et du ressentiment envers cette incapacité.  Égoiste, j’étais, à mes questionnements. Je me demandais comment nos deux êtres allaient être comblés si nous avions besoin de la même chose, et que cette incapacité durait.

Comment mon petit nombril allait trouver son comble à cette relation?  J’avais besoin de me faire flatter, de me faire parler, de me faire bécoter et louanger, et ce à un certain niveau, qui était de carencée.

Toujours est-il que j’ai finalement réalisé que cette voie ne devait être empruntée, dimanche soir passé.

Tout simplement par principe, et méchanisme dysfontionnel de couple assimillé par le passé.  En tant que dépendante affective, et être dysfontionnel extraordinaire que je suis, la voie du changement et de la progression ne réside pas à ce chemin si souvent emprunté.  Non, non, mais plutôt à ce nouveau type de relation ou je prends soin de qql, auquel je ne peux rattacher mon bonheur et mes états d’esprit.  Pour casser le moule, et grandir à cette relation, cette situation était parfaite. 

Celle du don de soi, et de la prise de conscience que seule moi peut me combler.  Le vent du changement y est donc, il ne me reste plus qu’à expériementer cette nouvelle approche, qui par surprise, me convient encore plus que celle de la petite fille blessée d’auparavant.  De prendre ma responsabilité, mon engagement face à moi-même envers mon bonheur à moi.

À bas les patterns, auxquels nous ne fesons que répeter les mêmes actions réactions.

Je suis excitée à l’idée de ce changement, de cette nouveauté que m’apporte cette nouvelle relation. À moi maintenant d’en profiter…euh…de profiter de cette Giraf qui me fait carrément craquer….. et qui accepte qui je suis.

 

 

3 Commentaires

Classé dans Carrie et cie, Happy Gen

3 réponses à “Pas de pitié pour les croissants!

  1. Très belle sagesse. J’adore cette pensée. Good job. Je peux la faire lire à une amie…? Je n’attends pas ta réponse pour le faire… haha!

  2. En fait, deux amies même…😉

  3. No problemo chéri….signe que la malédiction peut être changée, lorsque nous nous mettons à y penser, à ce que nous voulons vraimnet maintenant, et non avant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s