Vintage Chine, part 4

n589896613_247752_2722.jpg

Guillin, Guillin, Guillin!

10h00am: Cri de ralliement pour les deux Geneviève, Valerie, Cédric, Judith, Marie-Eve et Marie-Hélène.  Allons-y tous gaiement! 

Chacun est fin prêt pour aller prendre l’autobus, prendre une bouchée et se diriger vers Guillin. Nos portefeuilles normalement restraints s’excitent, tandis que nos yeux veulent emmagasiner tous les paysages du trajet de bus d’une heure et demie, cacaouètes et film chinois à la Mister Bean au rendez-vous. 

Camera à la main, nous déambulons joyeusement, parmis les marchands, et sommes témoins d’imprimés de T-shirts rigolos, tellement ils sont bourrés de fautes d’anglais. 

Pause melon d’eau nous repartons et décidons de prendre la 11, l’autobus à deux étages de la ville.  Miracle, nous pouvons finalement admirer les beautes de la ville du deuxième étage qui est a ciel ouvert.  Les pagodes, les espaces verts, bercés à même le béton des boutiques.  Nous avons meme décidé de faire durer le plaisir, et de continuer notre séance de prélassement au terminus, au grand damn du chauffeur qui ne comprenais pas ce que nous fesions.  Allez hop! 

Après une quinzaine de minutes, nous sommes finalement débarqués, histoire de voir ce que les boutiques recelaient, affrontant du même coup la foule étouffante de l’autobus.  Tout un challenge!   

Direction le La Baie haut de gamme chinois, fourmilliant de petites vendeuse attriquées de rose.  Nous y avons fouiné pendant deux heures seuls, histoire de vivre les joies d’essayer des robes magnifiques dans le X-large, lorsque je porte normalement du médium.  Tout pour faire rêver et faire rire les petites madames chinoises…Je m’en foutais, j’étais magnifique à leur création, je sourirais et jubilais… 

Dans les rues que des chinois, nous sommes réellement des étrangers.  Les paradoxes des riches habitants magasinants, aux jeunes de la rue sans le sous, aux bébés laissés seuls, aux mendiants.  Quel choc!  Et parmi tout cela, un McDo ou les gens dorment au sol et quêtent, entouré d’animaleries, de magasins sous-terrains et de petits stands a soupe epicée, ou j’ai bien fait rire le jeune propriétaire, à commander et marchander à la chinoise du mieux que je le pouvais. Nous avons terminé le tout, disperses, ayant un point de rencontre précis.  Cédric et moi avons décidé de se prélasser dans un parc, tandis que d’autres continuaient leur magasinage.   

La majorité de nous sommes repartis de Guillin, les mains presque vides, mais la tête emplie d’images et de pensées éccletiques, et ce à jamais. 

Bye Bye Guillin, je retourne a mes cacaouètes, et et reverrai bientôt!                                                                                                   

Poster un commentaire

Classé dans Happy Gen

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s