Shaken

J’ai eu peur, j’ai peur…

J’ai reçu un courriel de Peter hier, qui ne fesait aucun sens, voici mon courriel initial: 

Hi!
Just wanted to know how is it going, did things fall exactly into place with you?  Is it better with the Yangshuo group?  Were you able to travel to your destination, which is Tibet? 

 I honestly hope so, and that you have found people to help you along the way.
I am coming back to China next year, and travelling with Judith to India.
Give me some news..Take care of yourself, cause no one else will:)


Sincerely, Gen

 And his answer started my troubled state of mind:

genny,
pretty down,
passport and camera stolen and fucking around with chinese bureaucracy.
tibet gone again…..
aug 31 -6 police in a van tried to run me down near the basketball court-actually drove over the court to me after doing a u turn..
to warn me, i was told!
lost photos 88, inc yours.
me……….

Peter est qql avec qui j’ai eu des plus belles discussions (comme dans ce billet, ou je suis rentrée avec lui du Kelly’s) en Chine, avec qui j’ai pu abaiser mes masques et parler en toute franchise.  Mais dès notre deuxième rencontre, j’ai commencé à ressentir qql chose qui n’allait pas, de mon côté.  J’étais mal, nerveuse, je perdais même mon anglais, et je me disais…ah Gen, tu files pas, c’est tout.  Tu as besoin de silence, ça va aller mieux la prochaine fois…

Mais qql chose clochait, j’avais un inconfort…à la pensée de me retrouver seule avec lui….peut-être le fait qu’il était dans la cinquantaine, que peut-être il avait une attirance….j’étais mal, tout simplement.

La dernière semaine, avant mon départ pour Nanning, Peter nous a rejoint au party de fête de Marie, et je trouvais qu’il avait les pupilles un tantinet dilatées, mais nous avons eu une autre bonne discussion…j’ai réalisé que seule, avec lui…niet, mais quand je me senait bien entourée, ça y allait au toast, j’avais pas trop d’embarras. 

Toujours est il que ma dernière soirée à Yangshuo, même si je n’avais aucun temps libre le lendemain, aucune place, Peter m’a demandé insistement de souper avec moi…je me sentais piégée, mais je me disais Gen….il veut rien de mal, il est seul, il s’ennuit, et vous vous entendez bien, donc je me blâmais de me sentir tout croche, et j’ai donc accepté. 

Mais toute la nuit, et le lendemain, j’étais nerveuse, à en défaire ma tresse de fils et de perle nouée solidement de mes mains, pendant une heure, à penser et prier je ne sais pourquoi, pour m’apaiser.  Il y avait trop de questionnements sur tout….la Chine, le Tibet, mon angoisse inconnue.

Toute la journée, j’ai viré en rond, ne voulant pas y aller…suppliant des yeux les gens avec qui je voyageais…je n’arrivais pas à identifier mon malaise, et de le communiquer.  Je me disais, t’es poche Gen…t’es vraiment lâche, il veut juste du bien, un tantinet de bon temps, une bonne discussion!

Judith s’est finalement jointe à moi, lorsque j’attendais Peter, et malgré le non-dit, je crois bien qu’elle s’est alliée silencieusement, par fraternité.  Elle l’a ressenti.  Je me rappellerais toujours de mes explications à Peter, dire que je préférais manger à la cafétéria, since it was my last time.  Je savais pas ce que je voulais, j’étais mélangée…il est revenu, et je lui ai dit, viens avec nous, nous t’avons invité pour le souper de serpent, pour la Fête à Marie.  Donc j’avais réglé mon problème d’être seule avec lui, j’avais mes amis…juste au cas ou.

Donc, Peter, Judith et moi nous sommes rendus au souper, et j’étais mal, comme si j’allais me faire engloutir, et les pensées sexuelles sont apparues…Les siennes, dans ma tête….ouf, filais pas…parle, parle, on est en retrait du groupe, au bout de la table.  Il veut des photos….ok, de moi…ouf…j’ai comme pas choisi la bonne camisole, qui laisse transparaitre certains details…on sort le sourire Crest…Peter parle, mais ca ne fait pas autant de sens que normalement.  C’est hésitant, nerveux….and then he says it:

-I know I am old enough to be your father, but I love you Geneviève…

Not in a sexual way, but I cant explain it…meeting you guys, french candian is like a breath of fresh air, you are so easy-going, true to form…I can’t describe it, but you are very special, I will always remember you.

 Gen ravales….oki…je dis quoi…euh, blanc….souris, blanc….

J’ai tourné ça plus impersonnel, en parlant du groupe, mais je ne pouvais plus avancer, je me sentais attachée au plancher…je voulais qu’il quitte, je ne voulais plus de sa présence, and still I was questioning myself on my reaction…was I right?  Was I insinuating things…Damn….I wanted to run the hell out!

Je regardais mes amis, et essayait de lancer des regards de détresse.  Peter est finalement parti….photos à la main, nerveux, et semblant sous le choc…Il ne se sentait pas à sa place. 

Émi avons eu une discussion le soir même…elle me comprenait, et me disait écoutes toi….il a une approche boudhiste, c’est peut-être dans ce sens que les paroles doivent être interpretées.  Ca m’a fait du bien, qu’elle me dise que je n’étais pas juste un tantinet trop centrée sur mon moi.  Je me disais comment puis-je me sentir de même devant une si bonne personne?

Je l’ai revu brièvement, dans la rue…presque deux semaines plus tard, on a fait du small talk….je me disais, ok, ça va là…j’ai peut-être mal compris..

Et lorsque nous avons quittés, j’ai entendu entre les branches qu’il s’était fait renvoyer de l’école, qu’il ne pouvait même plus y mettre les pieds, un restraining order..ouf, je comprenais pas….de là le courriel ci-haut…j’avais de l’appréhension à lui écrire, mais je l’ai fait….et je ne savais pas encore la cause de ce sentiment.

Mais ce soir, tout fut éclairé….

Peter m’avait dit qu’il était infirmier dans une aile psychiatrique, et qu’il avait dévoué toute sa vie à ce mileu, et que nous avions eu de longues discussions sur la folie, les maladies mentales et leur impact, la société et je me rappelle dans mes instants de doutes avoir pensé,culpabilité présente, dans le fin fond de ma tête, peut-être était-il réellement patient.  Comment un homme de 50 ans, avec deux enfants, peut tout laisser, pour voyager de long moments….peut-être une fuite…mais je me disais, arrête de juger.

Ce soir, à mon souper…un petit oiseau m’a dit avoir eu une discussion à son sujet avec une personne hautement placée à Yangshuo, et que Peter pétait des crises, de là son renvoi…et qu’il était  maniaco-dépressif ou schizophrène, et qu’il ne prenait plus ses médicaments…

Ouf, ma confirmation de mes doutes, que mon angoisse était réelle.  Et je sais pourquoi maintenant.  Je me rappelle tous les petit détails, comme la peinture rouge à son visage….il avait l’air bizarre, des histoires du troisième type….

Et je sais que je dramatise, mais je me dis….et si je m’était pas écoutée plus….je serais au Tibet avec lui, sans meds…

Et ça me fout carrément les jetons.  Peut-être l’ignorance, mais…

Merci mon Dieu…Merci mon Dieu…that is all I can say.
 

Advertisements

1 commentaire

Classé dans Le squelette du placard

Une réponse à “Shaken

  1. Gen, tu viens d’avoir la plus belle preuve EVER que ta petite voix est toujours celle qui a raison…
    Écoutes-là TOUJOURS!

    xx

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s