Un pas de plus

gen-dmcc3-2.jpg

Je devais me lever ce matin à l’aurore (ce qui dans mon language est en fait 6h30am) pour laisser un gentil monsieur infirmier me soutirer 5 fioles de sang, et un superbe échantillon d’urée matinale…….Ah….que de plaisir!

Le tout agrémenté d’un jêune depuis 6h30 hier soir….ce qui m’a fait réfléchir et réaliser que:

  1. Le simple fait de ne pouvoir faire une action, comme manger rend la tâche extrêmement difficile…..l’esprit combat, et veut se rebeller contre l’interdit…
  2. Je ne peux contrôler et prévoir mon alimentation trop rigidement, car ceci devient une obligation (notez la connotation négative), et non un plaisir et un besoin vital irréfléchi.
  3. Je suis une épicurienne, jusqu’au bout des doigts, et le serais jusqu’à ma mort.
  4. La nourriture a un impact plus petit qu’auparavant sur ma vie…Youppi!  Je me suis surprise.
  5. J’étais une satanée folle lorsque je me privais à 18-19 ans…j’ai eu de la difficulté à ressentir cette sensation de privation hier soir, non physique mais psychologique…pas capable!….sûrement un retour en arrière au temps ou je débutais ma perte de poids, et que ne sachant par ou commencer, il était plus facile de faire non et de me priver ou sauter un repas, que de réapprendre à manger et faire des compromis…ah les perfectionistes🙂
  6. Je continuerais à me délecter de tous les délices de la vie, et ce avec un grand sourire moqueur.
  7. Je ne mangerais jamais que de la salade…mmmm….beurkkk! et continuerais à faire compétition aux jolis garçons qui se déboîtent la machoires, lorsqu’ils me voient manger…..More ribs please!

Psssssst!  Je n’ai pas flanché!

J’ai beaucoup d’empathie pour les anorexiques, et les boulimiques, car n’ayant jamais été dans ses deux situations (as per me….et merci Bon Dieu que j’ai jamais été capable de me faire vomir….ça aurait été tellement une solution facile…merci), j’exerce un rapport avec la nourriture qui peut être malsain à l’occasion, et je l’avoue ouvertement. 

Je réalise que ça doit être tellement difficile de vivre avec ceci, et que tu ne peux aller simplement au médecin et prendre un ptit bonbon….mais travailler sur toi, te recentrer et régler les vrais bobos qui ont créé une relation symptômatique sans authenticité avec ce qui à la base devrais te faire survivre et vivre, et non participer à ton auto-destruction.

Merci mon Dieu de m’avoir enlever cette fixation, et que je me sois permise de lâcher prise….

Sincèrement merci….

Poster un commentaire

Classé dans Le squelette du placard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s